Sondage étudiant à AgroParisTech

 QUELLES PERSPECTIVES POUR GRIGNON APRÈS LE DÉMÉNAGEMENT D’AGROPARISTECH A SACLAY ?

 Par les représentants étudiants au Conseil d’administration d’AgroParisTech (2018-2019)

Après la vente du centre de la rue Claude Bernard au groupe Hertel Investissement en juin 2019, le site de Grignon s’attend au même sort. En effet, la cession des sites franciliens d’AgroParisTech a été décidée par l’Etat, afin de financer en partie le futur campus sur le plateau de Saclay.

Au regard des multiples atouts du site de Grignon pour AgroParisTech prochainement délocalisé à Saclay, les représentants étudiants au Conseil d’administration de l’école ont souhaité consulter la communauté étudiante sur les perspectives pouvant s’offrir au site.

ORGANISATION DE LA CONSULTATION

Un questionnaire en ligne a été proposé aux étudiants d’AgroParisTech en mai 2019. En une semaine, plus de 600 étudiants de tous niveaux ont apporté leur contribution. Ces données ont été compilées et analysées au sein d’une synthèse1 diffusée ensuite à l’ensemble de la communauté étudiante.

Cette consultation a été conduite dans le but de (i) recenser l'intérêt porté par la communauté étudiante au site de Grignon, (ii) de faire réfléchir sur le futur du site, (iii) d'évaluer les besoins pédagogiques pour lesquels Grignon pourrait être un support (iv) et de fédérer des bonnes volontés pour agir.

GRIGNON, UN PATRIMOINE AU SERVICE DE L’AGROECOLOGIE

Si 80% des étudiants consultés se définissent comme très préoccupés par le futur du site de Grignon, c’est avant tout pour conserver le patrimoine historique (548 réponses), préserver le site de l’urbanisation (553 réponses) et pour les 280 hectares de zones naturelles – pôle de biodiversité pour le futur campus de Saclay (543 réponses).

Il est vrai que le site demeure un haut lieu de l’enseignement agronomique depuis 1826 et de la recherche agronomique, et plus particulièrement de l’agroécologie depuis plus de 60 ans2.

De plus, la diversité biologique du site est indéniable : près de 125 espèces et variétés d’arbres et d’arbustes, 54 espèces ornithologiques3 ; ainsi qu’un patrimoine géologique mondialement reconnu, avec le site de la Falunière4.

Ce patrimoine naturel riche mais fragile demande une attention et une vigilance particulière dans la construction de la future gouvernance du site. Plus de 65% des étudiants panelistes se déclarent préoccupés par la gestion de ces biens communs. Ces craintes sont légitimes compte tenu la forte pression foncière dont est victime la Plaine de Versailles, notamment résidentielle, avec des programmes privés soutenus par les collectivités5. Par ailleurs, le Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune de Thiverval-Grignon classe les bâtiments en zone UD (zones destinées à accueillir des aménagements en lien avec la recherche et l’enseignement), et le parc en zone agricole et naturelle6. Pourtant, rien ne garantit que ce zonage, soumis aux volontés politiques locales, demeure tel quel dans le futur.

UN TERRAIN D’APPLICATION AUX ENSEIGNEMENTS DISPENSÉS A SACLAY

Campus Agro s’étendra sur 65 000 m2 de bâti au cœur d’un parc de 2 ha7. Même si des jardins expérimentaux sont prévus sur les toits, des espaces naturels et agricoles supports apparaissent essentiels pour mettre en application les enseignements théoriques.

A ce titre, 85% des sondés estiment qu’aujourd’hui, les enseignements pratiques manquent dans les formations dispensées par AgroParisTech. Cependant, des enseignants chercheurs des départements concernés ont, en plus des réalisations existantes, de nombreux projets pédagogiques. Parmi ceux-ci, citons ceux qui se basent sur le fonctionnement de la Ferme de Grignon (comme les enjeux de la conversion en agriculture biologique), sur l’étude de systèmes de culture (tour de plaine) et d’autres sur la parcelle cultivée (agroforesterie, cartographies de sols etc.).

Fait heureux pour AgroParisTech, Didier Guillaume, Ministre de l’agriculture et de l’alimentation (MAA) a annoncé en décembre 2018 que la ferme resterait « dans le giron d’AgroParisTech » après le déménagement de l’école sur le plateau de Saclay. Pour autant, rien ne garantit que les 121 ha du parc soient conservés par la ferme. Si ces surfaces ne sont plus exploitées demain, la viabilité technico-économique de l’exploitation serait fortement affectée, et les possibilités d’applications pédagogiques compromises.

Mais le terrain d’enseignement que constitue Grignon dépasse l’agronomie. Comme le rappellent les étudiants consultés, d’autres disciplines sont concernées par le potentiel du parc telles que « la forêt, la pédologie, l’écologie, la botanique, ou encore l’apprentissage de savoir-faire manuels ».

De plus, au-delà d’AgroParisTech, c’est toute l’Université Paris-Saclay qui pourrait bénéficier d’un site situé à 40 minutes de la ZAC de l’École polytechnique. Grignon répondrait ainsi à la formation des futurs acteurs de la transition écologique, dans des disciplines qui ne se limitent pas aux seules sciences du vivant et qui intéressent de plus en plus les étudiants, tous parcours confondus.

Les atouts de Grignon  :

 

UNE GOUVERNANCE PUBLIQUE OU ASSOCIATIVE, COMME VOLONTÉ AFFICHÉE

Lord de la consultation étudiante, les participants avaient la possibilité de classer par ordre de préférence différents types d’acteurs (potentiellement repreneurs et/ou gestionnaires du site). 40% des sondés souhaitent qu’il s’agisse prioritairement d’un acteur public et 30% d’une fondation ou association « d’intérêt général »8. En revanche, seul un quart des étudiants a positionné en première position le choix « une société à but lucratif » et « plusieurs sociétés à but lucratif ».

Lors du Conseil d’administration du 8 avril 2019, les élus ont proposé et voté une résolution sur le devenir de Grignon, comprenant le vœu suivant : "Des droits d’accès et des réservations d’usage doivent être réservés en tant que de besoin [...] pour toutes les associations ayant des activités sur le domaine de Grignon". Ce souhait démontre l’envie de faire du site de Grignon un lieu ouvert, alors que le parc est fermé au public depuis la tempête de 1999 et qu’un épais mur d’enceinte entoure le site depuis le XVIIème siècle9. Pourtant le futur de Grignon ne fait pas l’objet d’une scène qui se joue à huis-clos. Lors de la réunion publique du 12 décembre 201810, des élus locaux, mais aussi des représentants d’associations et riverains étaient présents, preuve que l’avenir du site intéresse et préoccupe au-delà de la communauté AgroParisTech.

La consultation menée par les représentants étudiants au Conseil d’administration d’AgroParisTech démontre que les sondés sont attachés et soucieux du devenir des patrimoines du site de Grignon. Une partie de ceux-ci (naturels, géologiques, botaniques, architecturaux, agronomiques, culturels) ne sont pas délocalisables sur le futur campus de Saclay. Pourtant, leurs particularités pourraient s’avérer précieuses pour former les futurs acteurs de la transition écologique sur un terrain d’application in-situ ouvert sur son territoire. Ces multiples enjeux non marchands contribuent au souhait des étudiants de voir le site géré par des acteurs publics ou sans but lucratif.

De fait, un diagnostic s’avère nécessaire pour mesurer l’adéquation de ces réflexions individuelles, des besoins pédagogiques et des aspirations des locaux, afin d’inciter les décideurs politiques à adopter une vision stratège pour Grignon.

                      Mobilisation potentielle des étudiants
en cas de vente de Grignon à un repreneur
en désaccord avec les valeurs d’AgroParisTech

1. Étudiants élus au conseil d’administration d’AgroParisTech (2018-2019). 2019. Quelles perspectives pour Grignon après le déménagement d’AgroParisTech à Saclay ? 9 p.
Document disponible sur simple demande. Correspondance : ca-etudiants@agroparistech.fr

2. Bertrand, M., Chaillou, S., Havet, A., Sache, I., Vincent, J. 2019. À Grignon, 300 acteurs de la recherche en agroécologie... jusqu’en 2021. Pour. 4. 236. 11-29.

3. Association Patrimoniale de la Plaine de Versailles et du Plateau des Alluets (APPVAPA). 2016. Grignon, les patrimoines. APPV.

4. Sanders M.T., Merle D. & Villier L., 2015 — The molluscs of the Falunière of Grignon (Middle Lutetian, Yvelines, France): quantification of lithification bias and its impact on the biodiversity assessment of the Middle Eocene of Western Europe. Geodiversitas. Vol. 37, n° 3, p. 345-365.

5. Dutel, F. 2013. Construire l'homogénéité dans la Plaine de Versailles. Stratégies d'acteurs et morphologie sociospatiale des ensembles résidentiels périurbains. L'Information géographique. 77(1), 25-43.

6. Commune de Thiverval-Grignon. 2015. Plan local d’urbanisme. Plan de zonage ½. Plan général. Echelle : 1/6000.

7. Vinci Construction. Campus Agro. 2017. Le groupement mené par VINCI Construction France réalisera le nouveau campus francilien d’AgroParisTech et de l’Inra. Communiqué de presse.

8. Réponse arrivée en 1ère position, dans une gamme de 6 types d’acteurs à hiérarchiser de 1 à 6 – 1 étant le plus souhaitable.

9. Rich, L., Brétignère, L. Guicherd, J., Jouvet, F. 1926. Grignon (le château et l’école). Ed. La Bonne Idée. Paris. 301 p.

10. Comptant près de 120 personnes présentes.