AgroForum de Grignon

L’AgroForum de Grignon est un espace, ouverts à tous, d’échanges et d’information sur les enjeux d’avenir de l’Agriculture, de l’Alimentaire et de l’Environnement.

Qu'est-ce que l'AgroForum de Grignon ?

L'AgroForum de Grignon devait être la première réalisation du projet Grignon 2026 et préfigurer les débats sur l’avenir de l’Alimentation, de l’Agriculture et de l’Environnement tels que nous souhaitons qu’ils se développent dans le futur Centre International. Nous souhaitions organiser ce printemps un premier colloque qui aurait rassemblé à Grignon une nombreuse assistance sur le thème de l'Urgence climatique pour débattre de ses conséquences sur notre Agriculture, notre Alimentation et l'Environnement.

Initialement prévu le 19 juin, il ne peut se tenir du fait de l’épidémie de Covid. Néanmoins notre envie de  réaliser l'AgroForum de Grignon nous à conduit à le mettre en œuvre en proposant une suite de rendez-vous en ligne.

Notre objectif est de faire dialoguer des scientifiques, des professionnels, des représentants de la société civile notamment du secteur associatif sur ces sujets lors de rendez-vous échelonnés sur les deux ans à venir.

Qui est invité ? En premier lieu, évidemment, la communauté agro directement concernée par les thématiques sur l’avenir de l’Agriculture, de l’Alimentation et de l’Environnement, mais nous souhaitons égalementnous adresser à un public beaucoup plus large et décloisonner les débats sur ces thèmes qui sont aussi des sujets sociétaux.

Prochain rendez-vous

Une table ronde sur l'agriculture et la transition écologique

 

vendredi 9 octobre de 17 à 19 heures

La vision que nous avons de l’agriculture va être très profondément transformée. Nous la voyons toujours comme une exploitation intensive ou extensive de ressources (sol, eau, pétrole, plantes, animaux) pour faire face aux besoins croissants de la société. Le modèle correspondant est d’une incroyable inertie. Or ce modèle général entraîne des conséquences négatives pour la biosphère : déforestation, contribution au réchauffement climatique, perturbation du cycle de l’eau, usure des sols, réduction de la biodiversité, exposition à des risques chimiques.

Il en résulte un mouvement de fond de la société mondiale pour faire changer cette évolution. Au-delà des conflits et incompréhensions entre des producteurs et des partisans d’une écologie plus ou moins radicale, il y a un souhait général de dépassement et de recherche de solutions avec la transition écologique.

Cette table ronde cherchera

  • Premièrement à faire un point d’ensemble sur les relations entre agriculture et biosphère. On peut parler « d’agrobiosphère » (ANR) et plus largement « d’anthropobiosphère » tant la planète est transformée par l’agriculture ;
  • Deuxièmement à proposer des lignes directrices pour « atténuer » les effets environnementaux négatifs, les arrêter, mettre en place des processus positifs fondés sur l’écologie, tout en s’adaptant pour faire face aux urgences.
  • Troisièmement, réfléchir à un nouveau paradigme qui ferait de l’agriculture le vecteur fondamental d’une gestion écologique de l’agrobiosphère.

Les grands thèmes abordés :

  • Déforestation et ses effets : climat, régime des eaux, assèchement, biodiversité,
  • Réchauffement climatique :
    i) causes : brûlis, labour, sols gelés, polygastriques, carburant,
    ii) aspects positifs : séquestration du carbone par la photosynthèse,
  • Régime des eaux: rugosité du paysage, ruissellement et infiltration, cycle de l’eau (eau atmosphérique, eaux souterraines),
  • Fertilité des sols: travail du sol et structure, cycle du carbone et matière organique, aménagements de conservation des eaux du sol,
  • Biodiversité: écosystémique, spécifique, génétique,
  • Interactions: climat – eau – sol – plante – animaux – diversité.

Inscription Obligatoire et Gratuite

Après votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre le webinaire.

Les intervenants :

Michel Griffon, ingénieur agronome (Grignon 1968). Il travaille ensuite sur la question des politiques agricoles publiques à la Société d'études pour le développement économique et social, une structure créée par la Caisse des dépôts et consignations. Il est secrétaire des programmes du Ministère de la Coopération de 1982 à 1986. En 1986, il crée une unité de recherche en économie au CIRAD dont il devient Directeur Scientifique en 1999. De 2005 à 2008, il dirige le département Écosystèmes et Développement durable de l'Agence nationale de la recherche (ANR), avant d'en devenir le directeur général adjoint. Il préside l’Association internationale pour une agriculture écologiquement intensive. Il est membre de l'Académie d'Agriculture.

Spécialiste des politiques agricoles des pays en voie de développement, il a surtout contribué, au CIRAD, à l'élaboration du concept de révolution doublement verte, dans le contexte de l’agriculture des pays du Sud, caractérisé par une paysannerie pauvre frappée par la pénurie alimentaire. Ce concept a, plus tard, été renommé agriculture écologiquement intensive, au cours du Grenelle de l'Environnement.

Christian Valentin, ingénieur agronome (INAPG 1973), pédologue émérite à l’IRD, a mené et dirigé des recherches interdisciplinaires principalement en Afrique de l'Ouest et en Asie du Sud-Est. Ses travaux portent sur la désertification, les liens entre les usages et les différentes formes de dégradation des sols et les voies de leur réhabilitation. .

Membre de l’Académie d’Agriculture, il a récemment coordonné l’édition de six ouvrages sur les sols, en français (ISTE) et en anglais (Wiley).  Il coordonne le groupe de travail sur les sols de l'Alliance française pour l'environnement (AllEnvi) et participe à un projet ANR sur l’environnement et la santé en Thaïlande. Il donne une centaine d’heures de cours par an à Sorbonne-Université, à l'Université Paris-Est Créteil et à l'Université des Sciences et Technologies de Hanoi.

Bernard Saugier, Professeur honoraire, Laboratoire d'Ecophysiologie végétale, Université Paris-Saclay, membre et ancien président de l'Académie d'Agriculture.

Après des études de physique à l'ENS, Bernard Saugier a développé des mesures microclimatiques pour étudier les échanges gazeux de cultures et de prairies, comme chercheur au CNRS à Montpellier et à Saskatoon (Canada). Puis comme professeur à Orsay, il a avec son équipe construit des modèles de bilan hydrique et carboné pour des forêts, étudié la production de biomasse puis l'effet d'une augmentation de la teneur en CO2 de l'air, et étendu ces études à l'échelle continentale avec des mesures satellitaires.

Inscription Obligatoire et Gratuite

Après votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre le webinaire.

Réflexions sur la dégradation des terres - Christian Valentin
Télécharger
Changement climatique et cycle du carbone - Bernard Saugier
Télécharger
Une contribution : Biodiversity as a marker of the impact of agriculture on its environment - Jacques Loyat
Télécharger

Premier rendez-vous :

La 5e transition alimentaire

Vendredi 19 juin 2020 de 17 à 19 heures

L’humanité a vécu cinq transitions alimentaires depuis l’utilisation du feu pour la préparation de la nourriture. La 5e transition marque le tournant entre la période agroindustrielle et un nouveau modèle en gestation, les systèmes alimentaires territorialisés. Ces systèmes considèrent l’alimentation non plus comme une simple marchandise, mais comme un bien commun. Ils s’efforcent de répondre aux objectifs du développement durable et sont construits sur quatre piliers :

  • la qualité totale des produits,
  • l’ancrage territorial,
  • la proximité écosystémique,
  • et la solidarité locale, nationale et internationale.

Pour réussir la 5e transition alimentaire, de nouvelles politiques publiques sont indispensables, réorientant les chaines de valeur et les dispositifs de gouvernance des systèmes alimentaires dans le secteur public et les entreprises.

par :

Jean-Louis Rastoin, ingénieur agronome (Grignon 1963),
docteur d’État ès sciences économiques et agrégé des universités en sciences de gestion.

Jean-Louis Rastoin est professeur honoraire à Montpellier SupAgro, membre de l’Académie d’Agriculture de France, co-animateur de la revue « Systèmes alimentaires / Food Systems » publiée par les Éditions Garnier à Paris et expert du Think Tank Ipemed. Fondateur et conseiller scientifique de la chaire UNESCO en Alimentations du monde, il a été directeur du laboratoire de recherche Ciheam/Cirad/Inra/SupAgro « Moisa » (marchés, organisations, institutions et stratégies d'acteurs).

jean-louis.rastoin@supagro.fr

Dernière publication :

Rastoin J.-L, 2020, Pour une alimentation responsable et durable, l’indispensable territorialisation des systèmes alimentaires, Cahiers de l’Atelier, n° 563, Ivry-sur-Seine : p. 65-71

Pour sortir par le haut de la crise, accélérons la 5ème transition alimentaire

L’urgence de systèmes alimentaires territorialisés par JL Rastoin et JM Meynard (The Conversation 22 avril 2020)
Télécharger